Vitraux de l'église Saint Martin de Biscarrosse

Dans le Chœur

Les 5 vitraux situés dans le chœur sont l'œuvre du peintre-verrier toulousain Louis-Victor Gesta (1828-1894) et ont très probablement été exécutés dans la seconde moitié du XIXème siècle. Leur hauteur est d'approximativement 3,50 m. Chacun d'eux est composé de deux lancettes surmontées par un oculus sommital et contient quatre médaillons hagiographiques (racontant des épisodes clés de la vie de Saints) quadrilobés superposés : Saint Martin de Tours pour les 3 vitraux centraux, Saint Joseph pour celui de gauche, Saint Vincent-de-Paul pour celui de droite. Deux médaillons sont signés "L.V. GESTA TOULOUSE" sur la baie 4 (2ème et 4ème médaillon), et sont datés "1874". Le sens de lecture (sauf pour la baie 3) est le sens conventionnel : de bas en haut (terre-ciel) et de gauche à droite.

Naissance de Saint Martin Éducation du jeune Saint Martin Enrôlement de Saint Martin dans l'armée romaine Saint Martin découpant son manteau en deux par charité Baie 0 - Scènes de la vie de Saint Martin (1/3)
  1. Naissance de Saint Martin
  2. Éducation du jeune Saint Martin en Italie
  3. Enrôlement dans l'armée romaine
  4. Charité de Saint Martin (manteau)
Saint Martin naquit à Sabarie en Pannonie (Hongrie actuelle) en 316, d'un père officier supérieur dans l'armée romaine. À 10 ans, animé par une foi vive, il s'inscrit parmi les catéchumènes et suit une instruction religieuse. Alors qu'il n'avait que 15 ans, son père le força à s'engager dans l'armée : il prêta le serment militaire et entra dans la cavalerie. Un jour d'hiver rude, il rencontra à Amiens un pauvre presque nu qui demandait l'aumône sans que personne ne s'y arrêta ; n'ayant pas d'argent sur lui, Saint Martin découpa la moitié de son manteau pour le lui donner.
Songe de Saint Martin Baptême de Saint Martin Prise d'habit de Saint Martin Construction du monastère de Ligugé par Saint Martin Baie 1 - Scènes de la vie de Saint Martin (2/3)
  1. Songe de Saint Martin
  2. Baptême de Saint Martin
  3. Prise d'habit de Saint Martin
  4. Construction du monastère de Ligugé
La nuit suivante, Saint Martin vit Jésus-Christ en songe, couvert de la moitié du manteau qu'il avait donnée au pauvre, s'adresser à une troupe d'anges : "Martin, qui n'est encore que Catéchumène m'a couvert de ce vêtement". À 18 ans, il reçut le Baptême et quitta l'armée pour se faire ermite. En retraite à Milan, il y pratiqua tous les exercices de la vie monastique. En 360, son ami l'évêque de Poitiers Saint Hilaire lui offre un petit terrain près de Poitiers appellé Locociagum (aujourd'hui Ligugé) : Martin y bâtit le premier monastère des Gaules.
Résurrection du catéchumène de Ligugé par Saint Martin Élection de Saint Martin à l'évêché de Tours Mort de Saint Martin à Candes Apothéose de Saint Martin Baie 2 - Scènes de la vie de Saint Martin (3/3)
  1. Résurrection du néophyte de Ligugé
  2. Élection de Saint Martin à l'évêché de Tours
  3. Mort de Saint Martin à Candes
  4. Apothéose de Saint Martin
Il accomplit son premier miracle en ressuscitant, grâce à une prière intense, un catéchumène du monastère mort subitement. Vers 371, il fut élu évêque de Tours à la mort de Saint Lidoine ; il ne changea cependant rien dans la simplicité et l'ascétisme de son mode de vie. Alors qu'il avait plus de 80 ans, au cours d'un déplassement à Cande, il fut subitement affaibli par une maladie et mourut devant ses disciples qui l'accompagnaient, priant jusqu'au bout mains et yeux levés vers le ciel, allongé sur un cilice couvert de cendres. C'était le 11 novembre de l'an 400.
Mariage de Marie et Joseph Nativité du Christ Jésus apprenti charpentier dans l'atelier de son père Mort de Saint Joseph Baie 3 - Scènes de la vie de Saint Joseph
Attention : sens de lecture de haut en bas
  1. Mariage de Marie et Joseph
  2. Nativité
  3. Sainte Famille dans l'atelier
  4. Mort de Saint Joseph
Mis à part le médaillon de la nativité, les trois autres représentent des scènes absentes de la Bible : le mariage de Marie et Joseph (où il tient un bâton fleuri, symbole de son mariage virginal), l'enfant Jésus apprenant le métier de charpentier dans l'atelier de son père ("N'est-ce pas le charpentier, le fils de Marie, ... ?" (Marc 6, 3)), et la mort de Joseph (qui n'est jamais évoquée dans le Nouveau Testament).
Saint Vincent-de-Paul donnant la règle de leur ordre aux Filles de la Charité Saint Vincent-de-Paul visitant des prisonniers Messe de Saint Vincent-de-Paul Saint Vincent-de-Paul s'occupant d'enfants trouvés Baie 4 - Scènes de la vie de Saint-Vincent-de-Paul
  1. Saint VdP donnant la règle de leur ordre aux Filles de la Charité
  2. Saint VdP visitant des prisonniers
  3. Messe de Saint VdP
  4. Charité de Saint VdP (enfants trouvés)
Saint Vincent de Paul naquit en 1576 dans le village de Poy (aujourd'hui rebaptisé Saint-Vincent-de-Paul en son honneur), vers Dax. Ordonné prêtre à 24 ans, il consacra sa vie à tous ceux qui étaient abandonnés par la société. Il est le fondateur des Filles de la charité, chargées de venir en aide aux malades. Louis XIII le nomma Aumônier général des galériens, suite à ses remarques sur les mauvaises conditions de détention des prisons de Paris. Il dirigea la Fondation des enfants trouvés de Paris.

Le vitrail de la baie 3 racontant la vie de Saint Joseph a certainement dû faire l'objet d'une restauration par un maître verrier contemporain, comme peuvent le faire penser plusieurs indices : tout d'abord, le sens de lecture est inversé par rapport aux autres vitraux du chœur (il se lit de haut en bas). Ensuite, le dernier médaillon (la mort de Joseph) contient des éléments peints dans un style plus "moderne" : le visage de Joseph, les drapés, l'auréole et le visage de Jésus, ... Enfin, l'auréole de Joseph n'est pas été dessinée dans ce même médaillon.
Sur le 2ème médaillon (la Naissance de Jésus à Bethléem), Joseph apparaît chauve et vieilli alors qu'il est peint sous les traits d'un quadragénaire sur les autres. Peut-être pour signifier que c'est un homme sage ?

Dans les nefs latérales

Les 6 vitraux situés dans les nefs latérales, hauts d'environ 2,60 m, sont formés d'une seule lancette, représentant un personnage saint (Sainte Marie, Saint Jean l'Évangéliste, Saint André, Sainte Cécile de Rome, Sainte Jeanne d'Arc) sous un dais ou sur un soubassement architecturé, à l'exception de la baie 6 qui est une verrière-tableau. Les vitraux des première et troisième travées (la plus proche du fond, et la plus proche du chœur) sont en arc brisé (baies 5, 6, 9 et 10), ceux de la deuxième travée en plein cintre (baies 7 et 8).
L'Annonciation par l'ange Gabriel Chute des anges rebelles Saint Jean l'Évangéliste Saint André Sainte Cécile Sainte Jeanne d'Arc
Baie 5
Annonciation
ECCE ANCILLA DOMINI
"Me voici la servante du Seigneur, [...]" (Lc 1, 28). L'ange Gabriel annonce à Marie qu'elle va mettre au monde un fils, Jésus, qui sera appelé "fils du Très-Haut". Il est accompagné de la colombe du Saint-Esprit, pour marquer le caractère surnaturel de la scène.
Baie 6
Chute des anges rebelles
Saint-Michel, protégé de son bouclier, jette la foudre sur les damnés mêlés confusément aux monstres (serpents, diables, dragons, chiens, lions, etc) et aux anges déchus. (scène évoquée notamment dans l'hymne "Te, splendor et virtus Patris" dédié à l'archange Saint Michel)
Baie 7
Saint Jean l'Évangéliste
SANCTUS JOHANNES
EVANGELISTA
À ses pieds, l'Aigle, symbole du tétramorphe qui lui est attribué du fait que son évangile s'ouvre sur le Verbe (Jn 1, 1-18), la voix de Dieu venue du ciel. Monogramme AM pour "Ave Maria" en médaillon. Pour nous rappeler que Marie est la Mère du Verbe ?
Baie 8
Saint André
SANCTUS ANDREAS
APOSTOLUS
Croix de Saint-André en X, sur laquelle il sera supplicié par les romains. Avec son frère Simon-Pierre, il est le premier apôtre appelé par Jésus (Mt 4, 18-20). Chrisme (XP de l'alphabet grec) en médaillon, monogramme symbolisant le Christ.
Baie 9
Sainte Cécile de Rome
SAINTE CECILE
Patronne des musiciens, elle tient dans ses mains un orgue portatif ainsi qu'une partition.
Baie 10
Sainte Jeanne d'Arc
SAINTE JEANNE D'ARC
Chef de guerre, elle est vêtue d'une armure des pieds jusqu'au cou, tient un étendard blanc frappé de la fleur de lys, et une épée est accrochée à son côté gauche. Pieuse, la main droite sur sa poitrine, elle lève les yeux au ciel.

La verrière-tableau 6 est la copie du tableau La chute des anges rebelles de Charles Le Brun (1619-1690), Huile sur toile 162 x 129 cm, 1680, conservé au Musée des beaux-arts de Dijon : il faisait partie du grand projet d'élaboration du décor (en l'occurence le plafond) de la première chapelle du château de Versailles entrepris à partir de 1675, abandonné cinq ans plus tard car jugé trop moderne pour l'époque.

Le vitrail de l'Annonciation faite à Marie (baie 5) vient en écho à une toile de Pierre Baldi (peintre français né à Anglet en 1919), située sur le mur perpendiculaire, La Vierge aux enfants du monde, ainsi qu'à une statue murale d'angle de l'Immaculée Conception. Le vitrail de la Chute des anges rebelles dominés par Saint Michel (baie 6) jouxte quant à lui une copie de la toile de Raphaël (1483-1520) Saint Michel terrassant le démon (ou "Le grand Saint Michel") achevée en 1518, aujourd'hui conservée au Musée du Louvre ; la clef de voûte qui surplombe le bas-côté droit / 2ème travée représente elle aussi Saint Michel terrassant le démon.

Rosace

La rosace de la tribune au fond de la nef n'est pas signée, mais elle est attribuée à l'atelier bordelais de Gustave-Pierre Dagrant (1839-1915), et a vraisemblablement été mise en place au même moment que les 2 vitraux de la première travée, lors de l'agrandissement du vaisseau vers l'ouest et la construction du clocher-tour en 1929. Elle mesure environ 3 m de diamètre. Des bustes d'anges en médaillons (on distingue notamment un ange harpiste, un ange flûtiste, un ange priant, etc) entourent l'agneau mystique central.

Buste d'ange Buste d'ange Buste d'ange Buste d'ange Agneau mystique
Buste d'ange Buste d'ange Buste d'ange Buste d'ange
8 bustes d'anges en médaillons Agneau mystique

Bibliographie et crédits

Photographies réalisées le 22/02/2011 par Stéphane Raffaud. Tous droits réservés. Contact : Adresse mail

Ouvrages consultés pour la rédaction de cette page :